Santé
06.25.2020

La castration/stérilisation chez le chat

La maîtrise de la reproduction est le premier motif de consultation en médecine vétérinaire dans le monde. La castration ou stérilisation consiste à priver l’animal de sa fonction reproductrice, par voie chirurgicale ou médicale. On estime à environ 1,6 millions le nombre de chats vivant sur le territoire Suisse, dont plus de 100 000 chats errants. Une campagne de sensibilisation des propriétaires de chats en Suisse à propos de la stérilisation a été menée en 2018. La stérilisation permet de réguler la population de chats en évitant notamment les portées non désirées pour ainsi diminuer le nombre de chats errants dans le pays.

Une consultation de pré-stérilisation avec un vétérinaire permet de discuter des avantages et limites des différentes techniques de stérilisation. La stérilisation chirurgicale est la technique la plus employée, consistant en l’ablation des testicules chez le mâle (orchidectomie), et des ovaires chez la femelle (ovariectomie) parfois incluant l’ablation de l’utérus (ovario-hystérectomie). Le coût de cette chirurgie s’élève à CHF 60.- à CHF 150.- pour un mâle, et à CHF 150.- à CHF 250.- pour une femelle, selon la technique employée (l’ablation totale de l’utérus chez la femelle étant plus coûteuse). La stérilisation est immédiate et irréversible, et réalisable à partir de 6-7 mois, au moment de la puberté de l’animal. Cette opération doit être réalisée avant les premières chaleurs chez les femelles ou à défaut à la fin de ces dernières.

Chez le chat, mâle comme femelle, la stérilisation présente peu de contre-indications. En effet, elle permet tout d’abord la diminution de certains comportements gênants, comme le marquage et l’agressivité chez le chat ainsi que la suppression des chaleurs chez la chatte. Elle permet en outre de prévenir l’apparition de cancers de la prostate et des testicules chez le mâle, ainsi que de diverses affections des voies reproductrices, comme des inflammations ou des hernies. Chez la femelle, la stérilisation prévient l’apparition de tumeurs mammaires, très agressives chez les chattes, ainsi que d’infections de l’utérus, les pyomètres.

Le principal inconvénient rencontré suite à cette intervention est la prise de poids, d’autant plus importante à contrôler lorsque le chat n’a pas accès à l’extérieur pour se dépenser. En effet, l’obésité chez le chat favorise l’apparition d’un diabète sucré, nécessitant à terme la mise en place d’un traitement à vie. Il est donc nécessaire d’opter pour une alimentation hypocalorique suite à la stérilisation de son animal.

Une alternative à la stérilisation chirurgicale est la stérilisation médicale. En effet, celle-ci permet une stérilisation provisoire de l’animal, par la pose d’un implant de desloréline. Ce dernier permet de priver l’animal de sa fonction de reproduction, sans chirurgie définitive. Son coût est compris entre CHF 160.- et CHF 190.- pour les mâles comme pour les femelles, pour une durée d’action de 16 à 37 mois. La stérilisation est provisoire puisque la fertilité de l’animal reprend après le retrait de l’implant. Certains cas d’infertilité irréversibles ont cependant été rapportés. L’inconvénient majeur de cet implant est son délai d’activation s’élevant à 1 à 2 mois, pendant lesquels l’animal est encore actif sexuellement.

N’hésitez pas à consulter votre vétérinaire pour discuter avec lui des différentes options qui s’offrent à vous pour castrer ou stériliser votre animal.