09.18.2020

Quels sont les différents chiens d’utilité/de travail ?

Le chien est le compagnon fidèle de l’homme depuis des milliers d’années. Son aide a toujours été très utile pour lui permettre de se défendre et de se nourrir et, même si les conditions changent et évoluent, le chien assure toujours, de nos jours, ces diverses fonctions. Son comportement et son caractère ont également permis de lui assigner d’autres rôles tout aussi vitaux et, ainsi, divers métiers se sont greffés à ses capacités déjà bien reconnues.

Le chien d’assistance de vie

Le chien d’assistance de vie est un métier assez récent qui permet d’offrir à ceux qui en ont besoin, une aide technique et un soutien moral souvent crucial. Tous ces métiers demandent une éducation stricte, mais aussi respectueuse de l’intelligence et du bien-être de cet inestimable compagnon. Le hasard n’a aucune place dans la sélection des futurs guides puisqu’ils seront choisis selon leur pedigree. S’ensuivent deux années d’éducation rigoureuse qui va prendre en compte toutes les spécificités de cette fonction, comme la compréhension particulière des ordres venant de personnes s’exprimant difficilement. Le labrador, le golden retriever et le berger allemand sont les trois races préférées pour ce travail.

Le chien d’aide aux personnes handicapées moteur

Le chien d’assistance aux personnes atteintes d’un handicap moteur est non seulement une aide exceptionnelle pour tous les aspects de la vie, mais aussi un véritable lien social. Le chien sera éduqué dès l’âge de 6 mois à aider son maître handicapé moteur, à ramasser les objets qu’il pourrait laisser tomber, mais aussi à le secourir en cas de crise ou d’incident. Il devra faire une formation de 8 mois dans un centre agrée, puis des stages mensuels en milieu hospitalier ou en maison de retraite.

Le chien d’aide pour les personnes déficientes visuelles

Pour les personnes atteintes de cécité, le chien guide d’aveugle représente un immense progrès vers l’autonomie. C’est ainsi un grand bouleversement dans leur vie, car ces chiens ont une double tâche, celle de permettre un déplacement en toute sécurité, mais aussi de décloisonner la personne malvoyante et de lui apporter un grand soutien moral. À l’âge de deux mois, le chiot est placé en famille d’accueil afin d’être sociabilisé et d’apprendre les bases de l’éducation canine. À l’âge de 6 mois, il commence son cursus scolaire et, à 1 an, il intègre de façon permanente le centre de formation canine. Il y apprendra l’obéissance, la sensibilisation et l’apprentissage à l’obstacle, ainsi que la responsabilité et la prise d’initiative.

Le chien qui libère la parole, un nouveau travailleur social

Aujourd’hui, le chien a un nouvel emploi, celui d’accompagner les personnes en état de traumatisme et de leur permettre de raconter une expérience si violente qu’ils pourraient vouloir l’occulter. La seule présence de l’animal les aide à se calmer et à extérioriser leurs traumatismes. Cette méthode fonctionne très bien avec les enfants, le chien étant perçu comme un ami à qui l’on peut tout dire et le fait de le caresser leur apporte immédiatement un sentiment de douceur et de protection.

Le chien dans l’armée, la police, les douanes et la gendarmerie

Le berger allemand et le malinois sont les deux races que l’on retrouve souvent dans les corps policiers ou militaires, mais on peut aussi voir des dogues, des dobermans ou des rottweilers. Ils sont reconnus comme particulièrement courageux, dynamiques, mais très équilibrés, et surtout obéissants.

Le chien de recherche de stupéfiants et de produits illicites

La formation du chien de recherche de stupéfiants va s’organiser autour de séances de cache-cache avec son jouet et il devra mémoriser les odeurs des différentes drogues afin de les retrouver. Cette éducation se fera avec son maître définitif, à son domicile, afin qu’une relation d’équipiers se mette en place. Différents exercices lui feront travailler la recherche de drogues, mais aussi de faux-billets ou de produits illicites.

Le chien de recherche d’explosifs

Le dressage est identique à la recherche de stupéfiants, mais il s’agira de faire reconnaître au chien de recherche les différentes odeurs d’explosifs connus, soit une vingtaine de sortes en tout. Le point crucial est que le chien ne comprenne pas qu’il doive trouver l’explosif, car il risquerait de vouloir le prendre, il croit donc rechercher son jouet que le maître lui donnera sitôt l’explosif en vue.

Le chien de guerre

Ce rôle est loin d’être nouveau pour le chien puisque les Égyptiens, au temps de l’antiquité, l’utilisaient déjà, et il est fort à parier qu’il en a été de même avant, bien que l’on n’ait pas retrouvé de sources l’attestant. Le chien dans l’armée est utilisé comme sentinelle, mais aussi comme combattant ou encore comme pisteur et éclaireur. Leur rôle change et évolue selon les progrès techniques. Ce sont des maîtres-chiens expérimentés qui ont la tâche de former leur animal.

Le chien de sauvetage

Les chiens de berger et les Terre-neuve sont naturellement aptes à assurer les différents travaux de recherche en montagne ou en mer. Là encore, le chien est formé par son maître qui devra le diriger et l’encourager, et lui apprendre à affronter des situations qui sortent de l’ordinaire, comme monter en hélicoptère et être hélitreuillé.

Le chien d’avalanche

Le chien sera entraîné à retrouver son maître, puis des personnes étrangères, dans un lieu souterrain nu, puis recouvert de neige de plus en plus épaisse. C’est son odorat qui sera mis à contribution. L’ordre principal sera « cherche » et ces exercices seront renouvelés de très nombreuses fois afin que le chien reste le plus longtemps possible stimulé.

Le chien de décombres

Le surnom de chien de catastrophe est donné par rapport aux différents lieux d’action, comme les tremblements de terre, les glissements et les effondrements de terrain, les explosions de bâtiments, les éboulements de mines, les catastrophes aériennes ou naturelles comme les cyclones ou les inondations. Son rôle est avant tout de détecter la présence de personnes vivantes ensevelies. L’éducation du chien de décombres est la même que pour le chien d’avalanche.

Le chien de sauvetage nautique

Les épreuves de travail à l’eau seront l’entraînement privilégié du chien de sauvetage nautique. Ils devront apprendre à ramener des potentiels blessés, conscients ou non, sans risquer de les griffer et les tenir correctement hors de l’eau. Ils peuvent intervenir en mer, en rivière ou sur un lac, par tous les temps, et peuvent même tracter un bateau. On peut aussi les trouver en patrouille sur les plages.

Pour tous ces métiers, si le choix du chien n’est jamais dû au hasard, il en est de même pour le maître. En effet, pour que le chien donne le meilleur de lui-même, il faudra toujours qu’il y ait un relationnel particulier qui les lie et les différents caractères doivent être étudiés afin que le tandem fonctionne.