Education, Comportement
06.25.2020

Mon chat vit en appartement, comment adapter son environnement ?

En 2018, 28% des ménages suisses possédaient au moins un chat, faisant de lui l’animal domestique préféré des Suisses. Selon la loi, il est obligatoire de posséder au moins 7m² pour la détention d’un à quatre chats puis 1,7m² par chat supplémentaire. Il n’est donc pas interdit d’avoir un chat en appartement. Cependant, le respect de ces prescriptions minimales ne garantit pas le respect des besoins de l’animal.

Tous les chats peuvent-ils vivre en appartement ?

Détenir des chats en appartement peut être possible à conditions que certaines règles soient respectées. Tout d’abord, il est important que ces derniers soient habitués à ce mode de vie dès leur naissance. Il serait cruel de priver un chaton ayant grandi à la campagne de l’accès à l’extérieur par exemple. De plus, ce dernier pourrait développer des comportements indésirables tels que le la malpropreté, l’agressivité, jusqu’à l’automutilation lors de mal être profond.

Il est également important de connaître le niveau d’activité d’un chat avant d’envisager de le garder en intérieur. En effet, les Siamois ou Abyssins, très énergiques, supporteront mal la vie en appartement, alors que les Persans ou Ragdolls, moins actifs, pourront s’y accoutumer plus facilement.

De plus, lorsque plusieurs chats doivent cohabiter en intérieur, il est important de s’assurer que ces derniers soient sociables et non solitaires, auquel cas la cohabitation pourrait mal se passer. Il est de plus conseillé que chaque chat dispose d’au moins une pièce toujours accessible et possède sa litière, ses gamelles et son lieu de couchage.

Comment enrichir l’environnement d’un chat d’intérieur ?

Le chat est un animal qui passe beaucoup de temps à dormir mais qui a également besoin d’exercice. Lorsqu’il peut sortir, un chat passe du temps à explorer les environs, chasser, grimper etc. Il est donc indispensable de permettre à un chat d’appartement de se dépenser, physiquement et intellectuellement, afin d’éviter l’obésité et par la suite le développement d’un diabète sucré, touchant principalement les chats d’intérieur. La dépense physique, primordiale, peut être assurée grâce à des arbres à chats, permettant au chat de grimper, de sauter mais également de faire ses griffes. Il existe également des plateformes murales pouvant être disposées un peu partout dans l’appartement, conférant au chat une plus large zone d’exercice.

La dépense intellectuelle est également indispensable pour les chats d’intérieur qui ont tendance à s’ennuyer. Il existe de nombreux plateaux de jeu alimentaires, dans lesquelles il est possible de cacher des croquettes, afin de simuler la chasse. Ces plateaux permettent en outre d’augmenter le temps d’alimentation et ainsi de lutter contre l’obésité en diminuant la quantité ingérée.

Il peut également être intéressant de laisser un accès à une fenêtre pour que le chat puisse observer l’extérieur. Il faut cependant veiller à sécuriser l’accès aux fenêtres ou balcons dont les chats tentent régulièrement de sauter. Dans la ville de Berne, très attachée au bien-être des chats d’intérieur, se développent des échelles d’appartements pour chats. Ces dernières constituent pour certaines de réelles œuvres architecturales et permettent aux chats de monter et descendre de leur appartement comme bon leur semble et en toute sécurité.