Education, Comportement
06.25.2020

Les fondamentaux de l’éducation positive du chien

L’éducation concerne tous les chiens, peu importe la race, le sexe ou le comportement.
Elle permet de contrôler son chien (dans l’idéal) en toutes circonstances, y compris dans des situations dangereuses, tout en lui proposant une activité qui peut s’avérer très ludique et ainsi participer à son bien-être.

Différentes méthodes existent, mais les plus efficaces sont celles qui utilisent le renforcement positif, c’est-à-dire l'utilisation de la récompense lorsque le chien a adopté le comportement souhaité. Chaque comportement de l'animal va avoir des conséquences : si elles sont agréables pour le chien alors la probabilité de réapparition de ce comportement augmente ; et inversement en cas d’effets désagréables (ou d’absence d’effet). Le renforcement positif trouve ses fondements dans ce conditionnement du chien : un comportement qui est récompensé aura plus de chances d’être répété par ce dernier.

L’éducation positive permet également d’améliorer la communication et de renforcer les liens affectifs entre le chien et son propriétaire. Cela visa à en faire le meilleur ami de l’homme sans aggraver des problèmes comportementaux comme l’agressivité (ce qui peut arriver avec des méthodes traditionnelles).

La récompense choisie doit être une vraie source de motivation. Par exemple, la croquette que le chien mange tous les jours dans sa gamelle générera moins de motivation qu’un morceau de fromage. Il y a principalement trois catégories de récompenses qui peuvent être utilisées :

  • Des récompenses alimentaires (blanc de poulet, foie séché, jambon, etc…), sûrement les plus efficaces (sauf chien peu gourmand).
  • Des récompenses affectives : caresses, câlins
  • Des jeux ou jouets : lui donner sa balle ou son bois de cerf préféré

On peut également utiliser le renforcement positif de second ordre : c’est un élément symbolique (par exemple : « bravo », « c’est bien ») qui a été associé simultanément à un renforcement positif de premier ordre (récompenses ci-dessus). Par la suite, il est possible de récompenser le chien principalement par ce renforcement positif secondaire.

Pour apprendre les ordres de base à son chien (peu importe son âge, bien que ce soit plus rapide avec un jeune chien), le conditionnement des actes spontanés est très probablement la méthode la plus simple et la plus rapide.  

Le principe est le suivant (exemple du « assis ») : lorsque votre chien s’assoit spontanément, dire le mot de code associé « assis » pendant qu’il réalise l’action, puis récompensez-le.

Cela fonctionne avec tous les ordres de base que votre chien doit connaître : « assis », « couché », « rapporte » et « donne », « stop » et « pas bouger » mais aussi pour les tours que vous souhaitez apprendre à votre chien : « faire le beau », « ramper », etc.

Interdire un comportement à son chien, c’est lui apprendre un ordre négatif (exemple : ne pas sauter, ne pas monter sur le lit…). Pour ce faire, il faut renforcer son alternative qui elle, est positive (rester à 4 pattes, rester au sol…), plutôt que de punir le chien. Il est en effet plus facile (et en accord avec son bien-être) d’apprendre à un chien à faire quelque chose, plutôt que de lui interdire un comportement.

Si vous souhaitez punir votre chien, sachez qu’une punition efficace doit être immédiate (30 secondes après et c’est déjà trop tard) et de courte durée. Un « NON » d’une voix forte et grave est efficace pour apprendre à votre chien l’arrêt de l’action qu’il est en train de faire (apprentissage indispensable). Suite à une bêtise, il faut proposer une action (ex : « au pied ») qui le récompensera afin de relancer une dynamique positive.