AlimentationSantéCroquettes
23.03.2021

Le printemps et ses dangers pour les chiens et les chats

Si le printemps est synonyme de beau temps et de ballades dans la nature, il signifie aussi retours d’inconvénients qui peuvent gâcher notre plaisir de voir Médor et Mistigris flâner dans les champs. Afin de bien prévenir les mauvais côtés printaniers, voici quelques recommandations.

Les parasites externes et internes, une lutte sans merci


Les puces et les tiques se sont fait gentiment oublier lors de la période hivernale, mais dès que le soleil réapparaît, ils sont de retour avec encore plus d’appétit. Normal, ils ont, eux aussi, besoin de nourrir leurs œufs. Alors si vous ne voulez pas que Médor serve de festin aux tiques et aux puces du coin, il est absolument nécessaire de reprendre les traitements antiparasitaires conseillés par votre vétérinaire. Vous devez aussi systématiquement vérifier le poil de votre animal au retour de ballade dans la nature, car les tiques se cachent dans les hautes herbes en attendant une potentielle proie. Lutter efficacement contre les parasites externes permet d’éviter les maladies sérieuses qu’elles peuvent apporter à nos animaux, comme la piroplasmose, la maladie de Lyme, l’ehrlichiose ou l’anaplasmose. De plus, les puces sont susceptibles de transmettre aux chiens un vers intestinal qui, en évoluant dans l’estomac canin, va leur transmettre le ténia. Il est donc important de vermifuger votre chat et votre chien dès le retour des beaux jours.

Les allergies

Les humains ne sont pas les seuls à être fragilisés par la dispersion printanière des pollens. En effet, les animaux domestiques sont eux aussi vulnérables, non seulement aux pollens, mais aussi aux acariens et aux poussières. Prenez garde aux léchages et aux grattages déchaînés qui entraînent d’importantes pertes de poils, mais aussi aux croûtes apparaissant sur la peau de votre animal, et aux conjonctivites, elles peuvent signifier un terrain allergique. Il existe des traitements vétérinaires qui le soulageront, n’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire.

Les plantes, les insectes et les animaux


C’est au printemps que la nature se pare de verdure et de fleurs nouvelles. Si ce spectacle est un véritable plaisir des sens, votre animal ne saura pas reconnaître les plantes qui pourraient lui causer du tort. Ainsi, la plupart des fleurs que nous aimons voir dans notre jardin, comme les fleurs à bulbe, le muguet, le laurier-rose, ou le rhododendron, par exemple, sont toxiques pour votre animal. Veillez à l’exclure de vos plates-bandes en lui en interdisant l’accès. D’autres plantes dangereuses pour nos animaux domestiques, ce sont les épillets, ces herbes sèches qui s’agrippent à tout ce qui les frôle. Ce sont de véritables plaies pour les chiens et les chats. Ils vont aussi bien se loger entre les coussinets que dans les orifices anatomiques, pouvant causer des abcès, des lésions, et même de la fièvre. Inspectez vos animaux domestiques en rentrant de ballade, c’est la seule façon de vous assurer qu’ils n’ont pas rapporté ces indésirables. Et si vous constatez que votre animal boite, qu’il a l’œil qui pleure, ou qu’il éternue en se grattant la truffe, n’hésitez pas à le montrer à un vétérinaire au plus vite. Lui seul sera capable de retirer l’épillet dans sa totalité.
Une autre source potentielle de désagrément, ce sont les insectes pollinisateurs, comme les abeilles, les guêpes, les taons, les bourdons. Les chiens ont toujours la curieuse manie d’essayer de les attraper, et il en résulte des piqûres qui ne sont pas a priori mortelles, mais qui peuvent leur causer de douloureux gonflements. Les chenilles processionnaires que l’on trouve dans les pinèdes peuvent, elles, s’avérer très dangereuses pour la santé de Médor, et il vaut mieux ne pas risquer une rencontre désastreuse. Dans ce cas, la prévention est la seule protection, alors ne vous promenez pas dans une zone potentiellement infestée. Leurs poils urticants transmettent un poison très violent qui peut causer un choc fatal à votre chien en nécrosant sa langue et en lui causant un choc anaphylactique. L’unique solution sera de l’emmener en urgence chez le vétérinaire. N’oubliez pas que les chenilles processionnaires sont aussi néfastes pour les êtres humains, et qu’il ne faut jamais les manipuler.
Les crapauds sont aussi de sortie, et votre animal aura bien du mal à résister à son envie de voir de plus près ce joujou sauteur. Malheureusement pour votre Médor, le crapaud sécrète du venin pour se défendre de ses ennemis. Si votre chien reçoit du venin de ce batracien, rincez-lui abondamment la gueule et les yeux.

Le printemps et les parades amoureuses

C’est bien connu, le printemps donne le coup d’envoi à la saison des amours. Vos animaux ressentent cette période très fortement. Les chats comme les chiens, mâles ou femelles, peuvent se comporter d’une façon très embarrassante. Ils vont chercher à marquer leur territoire par des jets d’urine, à appeler leurs amoureux par des vocalises nocturnes, à se battre avec les concurrents, ou encore, comme pour les chiennes, saigner plus ou moins abondamment. La seule solution pour ne pas risquer qu’ils cherchent à répondre absolument à leur instinct de reproduction, c’est la stérilisation. Cela évite aussi des portées non désirées.

Dans tous les cas, pour profiter du printemps l’esprit tranquille, n’hésitez pas à assurer votre animal de compagnie.