Santé
08.27.2020

Le fibrosarcome félin

Le complexe fibrosarcome regroupe différents cancers du tissu sous-cutané (fibrosarcome, histiocytomes…) relativement fréquent chez le chat (4,3% des tumeurs chez le chat, et jusque 25% des tumeurs cutanées félines). Quels sont les facteurs de risque et la prise en charge ?

Origines du fibrosarcome félin

Comme toute tumeur, les fibrosarcomes félins se développent à la suite d'une prolifération de cellules mutées. Toutefois, il existe des facteurs favorisant leur apparition. C’est le cas lors d’inflammation, en particulier récurrente, de la peau et du tissu sous-cutané. Cette inflammation peut provenir de lésions cutanées type plaies chroniques, mais aussi lors de vaccination sous-cutanée avec des vaccins inactivés, qui nécessitent de forts adjuvants pour être efficaces.

Ce facteur favorisant entraîne les fibrosarcomes félins à se développer, classiquement à la base du cou, entre les deux omoplates, les vaccins se faisant souvent dans cette zone. Ainsi, un moyen de prévention du développement de ces cancers est de varier les zones d’injections vaccinales d’une année sur l’autre, évitant ainsi la création d’une zone d’inflammation récurrente.

Diagnostic

Le fibrosarcome félin est généralement identifié par le propriétaire qui remarque une masse plus ou moins grosse en zone sous-cutanée, et en particulier entre les omoplates. Suite à la vaccination, le propriétaire doit être particulièrement attentif à l’apparition d’une masse au site d’injection si elle persiste plus de 3 mois, fait plus de 2cm ou qu’elle grossit encore un mois après le vaccin.

Si la suspicion est forte, aucun examen complémentaire n’est en général pratiqué car ils sont peu concluants ou augmentent le risque de dissémination de la tumeur. Un bilan d’extension permet de rechercher la présence de métastases en amont de la prise en charge.

Prise en charge

Le traitement de ce cancer repose sur une exérèse chirurgicale. En effet, aucun traitement de chimiothérapie n’a encore fait preuve de son efficacité. Ce retrait doit être large car les fibrosarcomes sont souvent très infiltrants et agressifs, ce qui fait qu’une exérèse trop étroite expose à des récidives fréquentes. Il est nécessaire de réaliser un scanner de la zone avant la chirurgie. Il permet de cerner les réelles délimitations de la tumeur et donc de définir la quantité de tissu à retirer. Il est recommandé d’associer la chirurgie avec une radiothérapie, qui diminue grandement les risques de récidives.

Pour conclure, les fibrosarcomes félins sont des tumeurs malignes sous-cutanées assez fréquentes chez le chat et à caractère agressif. Elles nécessitent une prise en charge chirurgicale radicale, fréquemment associée à une radiothérapie. Le pronostic dépend majoritairement de la capacité du chirurgien à pratiquer une exérèse en marges saines de la tumeur.