Education, Comportement
06.29.2020

Adopter un chiot : l’importance des premières semaines dans la socialisation

Adopter un chiot est toujours un moment de joie pour une famille. Cependant, c’est pour le chiot une période difficile. Il doit faire le deuil de sa mère, de ses frères et sœurs ainsi que des éleveurs. Cela peut durer quelques jours et se manifester par des vocalises, une baisse d’appétit ou de la tristesse. Il est alors indispensable de créer un nouvel attachement avec votre animal pour son bien-être et son bon développement. Sans attachement, il n’y aura pas d’apprentissage, pas d’imprégnation, pas de socialisation… Dans l’idéal, il faut éviter un attachement exclusif à une personne et multiplier les êtres d’attachement, sources d’apaisement et d’affection.

La période d’imprégnation (= socialisation primaire) : de 3 à 12 semaines en moyenne

Après l’adoption, l’objectif est d’habituer le chiot à tout ce qu’il pourra rencontrer au cours de sa vie. En effet, la sociabilité du chien n’est pas instinctive : elle résulte d’un apprentissage, réalisé presque totalement pendant la période d’imprégnation. Au cours de cette période, le chiot acquiert les bases des compétences sociales. Cette imprégnation durera toute la vie du chien. Il faut donc porter la plus grande importance à cette période dès l’arrivée du chiot chez soi !

  • L’identification à l’espèce canine :

Le chien apprend qu’il est un chien et s’identifie à cette espèce au contact de ses parents et de sa fratrie. Cela permet l’attachement à sa famille mais aussi la socialisation : le chiot apprend à communiquer avec d’autres chiens, à se contrôler, etc. C’est pourquoi il est important de ne pas adopter un chiot trop jeune, pour que cette identification puisse se faire.

  • L’imprégnation à l’Homme :

Pendant la période d’imprégnation, le chiot identifiera l’Homme comme une espèce amie. Il est très important que le chiot interagisse avec différents types de personnes : homme, femme, enfant, bébé, personne âgée, … En effet, dans de trop nombreux cas, la socialisation à l’Homme n’est pas suffisante, et il en résulte différents problèmes comme par exemple la peur des hommes.

  • L’imprégnation au milieu de vie :

Enfin, le chiot doit aussi s’habituer au milieu de vie dans lequel il évoluera ensuite. S’il doit vivre en ville, il est fondamental que le chiot soit habitué aux promenades en laisse, aux lieux publics bruyants (marché, centre-ville, parcs etc), aux transports en commun (train et la gare, métro…) afin d’y être habitué et de ne pas en avoir peur une fois la période d’imprégnation terminée.

La période juvénile : de 12 semaines à la maturité sexuelle

La période juvénile est une période calme entre deux périodes très sensibles : l’imprégnation et la puberté (dont le moment dépend très fortement de la croissance). La peur de l’inconnu augmente et vient s’opposer à la curiosité naturelle du chiot. C’est une période mise à profit pour l’éducation, notamment des ordres fondamentaux (assis, couché etc.) mais aussi des tours que vous souhaitez apprendre à votre compagnon.

Il faut donc retenir que les types et espèces d’individus avec lesquels le chiot partage sa période d’imprégnation seront ses types sociaux préférés pour toute sa vie; et que le chien n’aura pas peur des milieux et des bruits auxquels il aura été imprégné !